La Renaissance du Rocher de Wanshou

2020-05-27 17:08:03

« Quotidien du Peuple »

Première Édition , le 17 mai 2020

Journalistes : Jiang Shengyang, Yan ke

Le mystérieux site a été lentement dévoilé à partir de l’entrée de la grotte.

Chen Ziwen, l’employé retraité du Musée du Fujian, aux cheveux blancs avec des barbes blanches sur le visage, pointé son doigt directement dans la direction tout devant : « C’était sous le quadrillage d’exploration à gauche tout en haut que nous avons bien découvert pour la première fois les pavés artificiels en pierre. »

L’origine de la découverte des pavés en pierre peut remonter jusqu’à 40 mille ans avant nos jours. Des paléoanthropiens qui ont habité dans la caverne ont déplacé des graviers en les mettant par terre afin de résister à l’humidité sur le sol. Les toutes nouvelles « décorations intérieures » à l’époque ont encore laissé des traces jusqu’à aujourd’hui, cela constitue un phénomène encore très rare dans le monde. Des empreintes humaines plus anciennes ont été trouvées dans la même montagne - l’histoire des activités humaines dans la Province de Fujian remonte jusqu’à environ 185 000 ans avant nos jours.

Dans le village de Yanqian du bourg de Yanqian du district de Sanyuan de la ville de Sanming du Fujian, la découverte archéologique qui a eu lieu en 1999 a dévoilé une petite partie du Rocher de Wanshou, ce qui a attiré une grande attention.

A cette époque, le lieu fut le siège de la Division Mine pierre calcaire du Groupe Acier - Sanming (ci-après nommé Sangang). Les explosifs destinés à l’exploitation minière érodent constamment la Montagne du Rocher de Wanshou. Les fouilles archéologiques menées par Chen Ziwen étaient toujours accompagnées du bruit des explosions.

« Aucun individu ou unité ne peut porter atteinte aux intérêts de la société générale et des générations futures au profit des intérêts personnels ». En janvier 2000, gouverneur par intérim de la province du Fujian, Xi Jinping, a donné de strictes instructions à ce sujet. Le Rocher de Wanshou a été ainsi conservée dans son ensemble. Vingt ans plus tard, il s’agit du seul parc archéologique national du Fujian. Les experts estiment que le rajeunissement du site du Rocher de Wanshou est un cas réussi constituant un exemple classique de gestion entre le développement économique et la protection des reliques culturelles.

Découverte du site

La location géographique de Sanming est montagneuse, mais le bassin de Yanqian est un endroit plat rare. Le Rocher de Wanshou se dresse bien droit, solitairement haut. Aux yeux des personnes différentes, cette montagne calcaire a des valeurs uniques.

Aux yeux du Groupe Sangang, il s’agit d’une mine très rare dans les alentours, exposée ouvertement à l’extérieur. Le calcaire est une matière première importante destinée dans l’industrie de la sidérurgie, et les réserves de calcaire du Rocher de Wanshou à elles seules représentent jusqu’à 60 millions de tonnes dans la partie hors sol, la qualité est certes excellente. L’exploitation minière a commencé dans les années 1970. La société a non seulement acquis les droits miniers du terrain autour du Rocher de Wanshou, mais elle a construit également une route de plus de 30 kilomètres pour relier avec la zone de l’usine.

Aux yeux des villageois du village de Yanqian, le Rocher de Wanshou est divin, magique et inviolable. Une grotte appelée Lingfeng contient encore les vestiges de l’ancien temple Guanyin, datant de la dynastie Song.

Aux yeux de Yu Shengfu, directeur du Bureau du Comité de Gestion des Reliques Culturelles de Sanming et travaillant au musée de la ville à l’époque, le Rocher de Wanshou possède un autre statut mystérieux. En 1989, la ville de Sanming a lancé une étude des grottes et Yu Shengfu était l’un des membres de l’équipe d’enquête. « Dans la grotte du Rocher de Wanshou, nous avons pu trouver des fossiles d’animaux, qui peuvent être remontés jusqu’à plus de 10 000 ans.

Au milieu du bruit des explosions minières année après année, le Rocher de Wanshou est progressivement devenu « mince ». L’entrée de la grotte Lingfeng, à mi-hauteur de la montagne, a été coupée aux 2/3. Les villageois furent très conscients à ce sujet, et ont couru partout pour demander la protection du Rocher de Wanshou, ils ont affronté également avec la partie du Groupe minier. Et, plus heureusement, ils ont également découvert des morceaux de porcelaine de la période de la fin de la dynastie Song dans le Rocher de Wanshou. Fin d’année 1998, des villageois locaux ont rédigé des lettres d’appel au sujet de la protection des reliques culturelles et les ont envoyées à de nombreuses parties.

En 1999, le volume économique total de la ville de Sanming n’était que de 21,7 milliards de yuans, si l’exploitation minière du Rocher de Wanshou est suspendue, ce qui va causer directement plus de 60 millions de yuans de pertes économiques au Group Sangang.

Yan Fengying, ancien adjoint maire de la ville de Sanming, qui était chargée de la protection des reliques culturelles à l’époque, a adopté une attitude claire à ce sujet : « S’il existe des reliques culturelles, conformément à la loi sur la protection des reliques culturelles, elles doivent être protégées sous aucun prétexte ; au contraire, s’il n’y a pas de répliques culturelles, le Groupe Acier de Sanming peut continuer l’exploitation de mines. »

En septembre 1999, avec l’approbation de l’Administration d’État du patrimoine culturel, une équipe archéologique composée du musée provincial du Fujian, du Bureau du Comité de Gestion des Reliques Culturelles de la Ville de Sanming et du Musée de la Ville de Sanming a commencé à effectuer des fouilles archéologiques de sauvetage sur le site du Rocher de Wanshou. Chen Ziwen a dirigé une équipe archéologique financée par le Groupe Sangang a financé en tant que chef d’équipe. Les deux parties ont convenu un délai d’un mois pour la période archéologique.

« On a vraiment le sentiment de résoudre une affaire dans un délai limité », a déclaré Chen Ziwen avec un sourire.

On a commencé par la grotte Lingfeng, mais quelques jours après, on a obtenu très peu de résultats. Puis on a commencé par la Grotte Chuanfan qui se trouve au pied de la montagne. On a découvert la couche de sol brut après avoir creusé plus d’un mètre. Les membres de l’équipe sont devenus de plus en plus nerveux, car « la couche de sol brut est la strate sans activité humaine », Chen Ziwen a rappelé : « pour les sites de type sauvage, l’excavation de la couche de sol brut est considérée généralement comme le point final. Mais en ce qui concerne l’archéologie des grottes, tout miracle peut arriver, et nous avons continué notre travail au lieu de baisser les bras, et le sol pavé est enfin apparu à 1,7 mètre plus bas. » 

Le sol pavé mesure environ 120 mètres carrés, avec des traces évidentes de traitement de gravier. Dans la direction du trou, il y a un évier à côté, et il y a des traces claires de traitement de force externe, qui est destiné pour le drainage. Les fossiles de mammifères qui l’accompagnent comprennent plus de 10 espèces telles que des tapirs géants, qui étaient toutes des espèces éteintes il y a 10 000 ans. Après une analyse préliminaire, le sol pavé de pierre est susceptible d’être les restes de la « décoration intérieure » réalisée par les humains anciens pour empêcher l’humidité.

« C’était comme avoir un grand bébé en or dans les bras. » Chen Ziwen a exprimé le sentiment à ce sujet, « Cela doit être un site de caverne paléolithique ! »

Tournant positif du site 

Il semblait que le Rocher de Wanshou a accueilli l’aurore du tournant de son destin.

Les membres de l’équipe étaient fortement excités. Ils ont compris le poids de cette caverne – à ce moment-là, dans la carte des sites paléolithique, Fujian n’en avait aucune place. La grande découverte de grotte Chuanfan a considérablement donné la première percée d’archéologie du Fujian.

Cependant, Yan Fengying était exceptionnellement prudente.

Ce qu’elle a ressenti, c’était une responsabilité lourde. « Si les reliques culturelles autant importantes ne seront pas gardées, je me déchargerai difficilement de ma responsabilité. » Elle a insisté qu’« il est indispensable de trouver les experts les plus autorisés du pays pour sortir les preuves les plus convaincues. »

Tirer parti de la sagesse du nord ! De nombreux experts, y compris ceux d’Institut des Vertébrés Antiques et des Paléoanthropiens de l’Académie des Sciences de Chine, sont invités au Rocher de Wanshou afin de vérifier l’authenticité des reliques culturelles sur place.

Étant prudent, Chen Ziwen a sélectionné un groupe d’outils en pierre et est allé à Beijing pour rendre visite à M. Jia Lanpo, un maître de l’archéologie en Chine. A cette époque, M. Jia fut assez âgé déjà, mais il a identifié les articles un par un, écrivant enfin une note personnelle très sérieuse : « Ce site a une valeur exceptionnelle et doit être protégé ! ».

Avec les encouragements des experts, les membres de l’équipe sont revenus dans la grotte Lingfeng, et ont découvert plus de 70 objets façonnés en pierre des années encore plus lointaines – à peu près 185,000 ans selon la mesure par uranium.

La valeur du site du Rocher de Wanshou est de plus en plus claire.

Les vestiges de la grotte Lingfeng montrent que l’âge des anciennes activités humaines dans la grotte remonte à 180 000 à 200 000 ans. Elle appartient au début du paléolithique. Elle fait progresser considérablement l’histoire des activités humaines au Fujian et a complété le vide sur l’archéologie paléolithique de la province du Fujian. Le flan de l’archéologie à l’âge de pierre, le sol pavé artificiel de la grotte Chuanfan il y a 40 000 ans montre les efforts nécessaires effectués par les anciens humains afin d’améliorer leur cadre de vie.

« Les sites de grottes paléolithiques ont été découverts sur une montagne de plusieurs époques, ce qui est rare en Chine. » Zheng Guozhen, l’ancien directeur du Bureau provincial des reliques culturelles du Fujian, a qualifié le site du Rocher de Wanshou de « la maison commune de toute l’humanité il y a 200 000 ans. »

Cependant, la contradiction est toujours vive.

« La ville de Sanming manque de fer et de charbon. Le plus grand avantage de la sélection de sites de Sangang ici est le calcaire. Si l’exploitation doit être arrêtée, où on peut trouver des mines de calcaire ? Et comment on peut faire avec des dizaines de millions d’investissements avant ? »

« Pouvons-nous garder la grotte Chuanfan et la grotte Lingfeng, et en même temps exploiter des mines dans d’autres parties de la montagne ? »

Le délai convenu entre l’équipe archéologique et Sangang est déjà expiré. L’exploitation de mine par l’explosif a repris. Dans le bourdonnement d’explosif, le destin du Rocher de Wanshou était incertain.

En janvier 2000, Xi Jinping, alors gouverneur par intérim de la province du Fujian, a donné des instructions et présenté clairement quatre opinions sur la protection globale du Rocher de Wanshou, et a souligné que : « Les sites de grottes paléolithiques du Rocher de Wanshou sont des reliques culturelles précieuses non renouvelables qui nous appartiennent, mais qui appartiennent également aux générations futures. Aucun individu, aucune unité ne peut porter atteinte aux intérêts de la société et des générations futures afin de rechercher des avantages immédiats à court terme. »

Exécution des instructions

Le Groupe Acier de Sanming a immédiatement arrêté l’exploitation et a choisi un autre lieu de mine sous la coordination du gouvernement provincial. Li Lizhang, secrétaire du parti et président général du Groupe Acier de Sanming a franchement dit : « A ce moment-là, c’est vrai que quelques-uns ne comprenaient pas. De choisir un autre lieu de mine allait non seulement augmenter le coût de transport, mais aussi rendre la qualité de mine incertaine. Cependant, nous pouvons comprendre l’esprit des instructions de Xi et nous l’obéissons résolument en tenant compte des intérêts actuels et à long terme, locaux et généraux. »

Le site du Rocher de Wanshou a été couronné après « les Dix Grandes Nouvelles Découvertes Archéologiques » en 2000, et est rapidement devenu une unité de protection particulière nationale des reliques culturelles. Zhang Shenshui, qui a été chercheur de l’Institut des Vertébrés Antiques et des Paléoanthropiens de l’Académie des Sciences de Chine, a commenté que la protection efficace du site du Rocher de Wanshou est « un bon exemple de la contradiction entre la protection des reliques culturelles et les activités économiques ».

Protection du site

Yu Shengfu a participé aux fouilles de sauvetage il y a 20 ans, et son travail a été étroitement lié au Rocher de Wanshou depuis lors. Il a été témoin de la « renaissance » du Rocher de Wanshou.

Debout à l’entrée de la grotte Lingfeng, Yu Shengfu a fait de son mieux pour restaurer l’apparence du Rocher de Wanshou lorsqu’il a été conservé : bien que l’exploitation minière ait cessé, les travaux dans l’atelier de concassage de calcaire au pied de la montagne se poursuivaient, et il y avait des poussières partout.

La situation dans la grotte n’était non plus optimiste. L’exploitation depuis des années a conduit la fissuration de couche rocheuse. Lorsque la saison de pluie arrive, la grotte Chuanfan est inondée. Sous l’érosion des inondations, le sol pavé de pierres artificielles est entouré de dangers.

Par où commencer la protection ?

« Selon l’esprit des instructions du secrétaire général Xi Jinping, nous avons décidé de commencer par la rédaction du plan de protection. » Yu Shengfu a-t-il présenté. En 2002, la ville de Sanming a confié à l’Institut national de recherche sur le patrimoine culturel de Chine la rédaction du Plan de protection global du site paléolithique du Rocher de Wanshou de la Ville de Sanming du Fujian. « Rédiger un plan de protection pour un site paléolithique, c’était très rare dans tout le pays à ce moment-là. »

Ce plan de protection est devenu le projet de la renaissance du Rocher de Wanshou.

Après la détermination de la ligne rouge de protection, l’établissement d’une institution de protection, l’exécution des travaux de protection des patrimoines culturels, le déploiement de la restauration environnementale… le site du Rocher de Wanshou a été remis en beauté, et est dès lors soigneusement conservé. Par exemple, Yu Shengfu se soucie rarement de l’argent – étant donné que la ville de Sanming n’était pas suffisamment riche en fait, mais tous projets concernant le projet de la protection du Rocher de Wanshou peuvent facilement obtenir le soutien financier de tous les niveaux.

L’idée d’« escorter » le système s’est poursuivie. En 2001, la Ville de Sanming a formulé des réglementations gouvernementales pour protéger le site du Rocher de Wanshou. En 2017, le Comité permanent de l’Assemblée populaire municipale a publié le Règlement sur la protection des sites du Rocher de Wanshou dans la ville de Sanming sous un texte de la législation locale. « C’est la deuxième loi locale formulée après que Sanming ait obtenu le pouvoir législatif local », a déclaré Yu Shengfu.

Des doutes existent quand même.

Lors de la réalisation de la troisième phase du projet de protection, des villageois ont interrogé Yu Shengfu : « À quoi bon pour nous de protéger le Rocher de Wanshou ? » Il a été touché par cette question simple : « La protection des reliques ne devrait pas être réservée à un petit groupe, comment partager les résultats avec tout le monde ? 

Profitant de la construction des parcs du site archéologique dans le pays, le site du Rocher de Wanshou a immédiatement déposé sa candidature et est devenu le premier parc national du site archéologique de la province du Fujian à la fin de l’année 2017. « Le parc du site archéologique doit s’appuyer sur la science archéologique, afin que les informations et la valeur du site puissent être partagées avec le grand public. » Selon Zheng Guozhen, au sujet de la question sur comment faire « vivre » les reliques culturelles, le site du Rocher de Wanshou devrait faire plus.

En juin 2019, le parc du site archéologique national du Rocher de Wanshou a officiellement ouvert ses portes. Se promener dans le parc verdoyant pour les visiteurs est génial ! Et ils peuvent aussi imaginer la vie et le travail des ancêtres devant le pavé de pierre artificielle et découvrir également l’écologie naturelle de la vie des humains anciens dans le film du Musée du site archéologique. Zhu Yanfang, enseignant à l’Ecole Pionnier de la Ville de Sanming, amène désormais des étudiants au site du Rocher de Wanshou chaque semaine. « Pourquoi le sol de la grotte de Chuanfan devrait-il être recouvert de pierres ? » « À quoi servent les outils en pierre artificiels ? » L’exploration sur place ouvre une fenêtre de connaissances aux étudiants.

« Le bel environnement a attiré un grand public. Les villageois sont de plus en plus riches avec l’organisation de l’hôtellerie et des loisirs. » Wang Yuanhe, l’ancien secrétaire du parti du village de Yanqian et les villageois locaux sont profondément conscients de ce que le Rocher de Wanshou leur a apporté. 

Le site s’efforce sans cesse l’enrichissement de ses expériences. « Sur la base de protection, nous mettons en évidence les caractéristiques culturelles préhistoriques du Rocher de Wanshou pour le faire connaître à plus de gens », a déclaré Liao Ronghua, directeur du Bureau Municipal de la Culture et du Tourisme de Sanming.

« Repassant les instructions du secrétaire général, nous avons obtenu des inspirations. En même temps, nous avons ressenti la lourde responsabilité. Comment bien protéger le site du Rocher de Wanshou dans les années à venir ? Comment pouvoir garantir que notre décision passe vraiment à l’épreuve d’histoire et de peuple ? Ce sont des questions qui méritent de la bonne réflexion à l’avenir. » a dit le responsable principal du Comité municipal du PCC de la ville de Sanming.